mahautQui était Auguste Mahaut ?

Article écrit par Dominique Papillon pour le bulletin municipal de 1999.

Dans les bulletins municipaux de 1996 et 1997, l’histoire de Marseilles-lès-Aubigny vous a été retracée. La conclusion fut une phrase d’Auguste Mahaut.

Au travers de cette histoire, des hommes ont marqué notre village de leur passage.

Aujourd’hui, par le biais de biographie, nous avons choisi de vous retracer la vie de Monsieur Auguste Mahaut. Le but de cette démarche n’est pas de relater entièrement la vie et l’œuvre de Monsieur Mahaut, des ouvrages sont là pour cela, mais de vous présenter un homme qui a travaillé de tout son cœur et de toute son âme pour que les canaux vivent !

Auguste Mahaut est né à Nérondes en 1842. Dans sa famille, on devenait marinier de père en fils. Son grand-père convoyait, entre autres, entre le nivernais et Nantes, des ancres et des chaînes fabriquées à Cosne-sur-Loire et à Guérigny, pour le compte du Gouvernement. Parmi ses oncles, certains étaient mariniers, installés à Roanne. La famille Mahaut se trouvait à la tête de l’une des plus importantes flottes de Loire.

Durant sa scolarité, il reçut un enseignement « professionnel » et, à 16 ans, il quitte la pension pour rejoindre son père (installé à Orléans dans le négoce de charbon) et naviguer avec lui sur la Loire.

Auguste Mahaut s’est marié en 1864 et s’est associé la même année avec son père. Par la suite, il se retrouve à la tête de l’une des plus grosses entreprises de transport fluvial, basée à Roanne, qui effectue des transports de pyrites. En 1870, Auguste Mahaut doit quitter la Loire car la concurrence avec le chemin de fer devient insupportable pour la batellerie de ce fleuve. A partir de ce moment, les entreprises Mahaut choisissent de diriger leurs activités principales vers les canaux.

Dès lors, Auguste Mahaut entre en croisade dans le mouvement canaliste. De son passé de marinier de Loire, il tire profit de ses connaissances pour mener à bien ses actions en faveur des canaux. Dès 1874, il entre dans le débat sur les canaux et prévient les autorités, aussi bien sur l’état de ceux-ci que sur les améliorations à leur apporter.

En 1876, Auguste Mahaut sensibilise les Députés sur les taxes qui étouffent la navigation. En 1879, il revendique la baisse des dites taxes par le travail qu’il a mené. Sa popularité ne cesse de croître et le surnom « d’Apôtre des canaux » lui est donné par l’Amiral de Cuverville, Ministre de la Marine.

En 1895, à Nantes, un puissant comité, « La Loire navigable » voit le jour. Il a pour but de revaloriser la navigation et le commerce sur ce fleuve. C’est pour Auguste Mahaut le début des hostilités avec ce comité lors d’une conférence donnée à Montluçon en 1898. Il tente de se faire entendre par celui-ci lors de son congrès de Blois en 1899 mais en vain, repoussé par les « loiristes », il trouve un appui auprès de Monsieur Pergeline, Président du Tribunal de Commerce de Nantes et auteur d’une brochure « Inconvénient de la Loire ». Les deux hommes trouvent rapidement (par l ‘émission de lettres, de brochures et par des conférences aux personnalités politiques) de nouveaux soutiens de personnes importantes.

Lors de la session parlementaire de 1900, les Députés ne votent pas l’intégralité du programme soutenu par la société « la Loire navigable » et imposent une zone d’essai. En 1912, après plusieurs années de luttes acharnées des canalistes, il est annoncé, lors du congrès des travaux publics à Paris, que les travaux d’aménagement de la Loire ne sont pas probants. C’est pour Auguste Mahaut et ses amis la première grande victoire.

Lorsque la guerre de 1914-1918 éclate, une trêve s’instaure entre les deux parties. Après la disparition de deux membres du bureau de la société de propagande canaliste, Auguste Mahaut se retrouve seul. Mais cette période d’après guerre est aussi pour lui porteuse de satisfactions. En 1923, un programme pour la construction d’un canal latéral à la Loire entre Orléans et Angers est présenté par le Ministre des Travaux Publics, ainsi qu’un autre comprenant la construction d’un canal de la Loire au Rhône.

Le 1er juin 1925, Auguste Mahaut est honoré par son village, Marseilles-lès-Aubigny, qui lui offre une grande fête pendant laquelle il se voit remettre une plaquette artistique ainsi qu’une brochure afin que lui et son œuvre soient perpétués.

De nos jours, il reste d’Auguste Mahaut, hormis un souvenir inoubliable sur les combats épiques entre les canalistes et loiristes, les cinquante-six brochures (fabuleux témoignage de la vie des mariniers) qu’il a écrites. De ses cinquante années de propagande et de combats, seules ont abouti les réalisations des canaux d’Arles à Marseille et de Combleux à Orléans. Aujourd’hui, nous pouvons nous rendre compte que le combat d’Auguste Mahaut n’a pas eu l’impact et les résultats escomptés et que les transports fluviaux n’ont cessé de décliner pour céder la place aux transports routiers.

Mais demain, l’œuvre de Mahaut, ne pourrait-elle être réhabilitée ?

Et les canaux ne pourraient-ils pas reprendre l’ascendant et l’ampleur qu’ils ont eus jadis ?

L’avenir le décidera….

Print Friendly, PDF & Email